Un conte de deux villes

un-conte-de-deux-villes-952656

Résumé : Un conte de deux villes est le seul roman historique, au sens plein du terme, que Charles Dickens ait jamais écrit. La Révolution française, saisie dans ses motivations profondes et suivie dans son déchaînement populaire, est le sujet même de l’ouvrage, avec une intrigue admirablement construite. L’histoire se passe à Londres et à Paris, où Dickens s’était beaucoup promené, en particulier dans le quartier de la Bastille, avant d’écrire ce roman superbe et sanglant sur la tourmente révolutionnaire.

Auteur : Charles Dickens

Mon avis :

     Je me suis lancée dans la lecture de Un conte de deux villes ignorant totalement de quoi il parlerait. Je n’avais pas lu le résumé. Je me suis en fait lancée vivement dedans à force d’en entendre parler, et surtout (je l’admets) parce que c’est LE livre auquel Tessa et Will font constamment référence dans Clockwork Angel, Clockwork Prince et Clockwork Princess de Cassandra Clare. Je pensais bêtement que c’était une histoire d’amour sur fond sombre de Paris et Londres. Bref j’étais à côté de la plaque.

     Cela ne m’a pas empêché d’adorer ma lecture. C’est un livre très complexe, construit avec un sens du détail intéressant. Les personnages sont introduits au cours du livre I, qu’on les retrouve tôt ou tard dans l’histoire. Il est difficile de faire attention à tous et de comprendre qu’ils n’y a pas de personnages qui ne font que passer, lors de la première lecture. De nombreux détails m’ont échappée, ce qui fait que je me suis laissée surprendre autant par le tableau général que par les différentes scènes.

     Le livre I a été le plus long à lire pour moi. Je ne comprenais pas où on allait, j’avais l’impression qu’on n’était pas encore dans l’histoire. D’ailleurs les personnages principaux font partie des derniers à nous être présentés, et ce après plus de cent pages.

     Ce qui a fait que je ne pouvais tout de même pas lâcher mon livre (malgré la longueur de ce livre I presque introductif) c’est l’écriture, le ton de l’auteur. Il y a tant de moqueries au cours de ses lignes, il use et abuse de l’ironie et du ridicule avec tant de finesse que je suis restée pour ça, pour l’écriture.

    Puis le livre II est arrivé et je n’avais plus la moindre envie de partir. Tous les personnages sont passionnants. Leurs traits de caractère sont tous poussés plus loin qu’il ne semble naturel, mais ça rend l’histoire encore plus forte. On ne tombe pas dans le cliché pour autant. Chaque individu est tellement différent de l’autre, ils ont tous un trait de caractère dominant tellement marqué, que ça ne les rend que plus passionnants et passionnés.

   Il n’y a finalement pas un ou deux personnages principaux, ils sont bien plus nombreux que ça, chacun prenant son rôle au moment adéquat.

     On est en pleine révolution française, le point de vue de l’auteur montre clairement sa position favorable à cette révolution. Mais il nous montre aussi les débordements de cette révolution, de cette soif de justice. On est dans un Paris sanglant, cruel, un peuple français qui a tant souffert que sa soif de vengeance semble inépuisable. Mais l’auteur a si bien pris soin d’en expliquer la cause, que l’on a du mal à juger ce soulèvement de violence. Pourtant il n’est pas pour aider certains de nos personnages principaux. Mais comment prendre parti quand tous sont victimes et tous sont innocents?

    Les livres II et III je les ai dévorés, lus d’une traite, impatiente de connaître la suite, de voir à côté de quels détails importants j’étais passée dans ma lecture trop superficielle du livre I. J’aime être surprise par mes lectures, et Un conte de deux villes ne m’a vraiment pas déçue de ce point de vue-là! Et maintenant que je l’ai fini, que je suis allée au bout du dénouement final, je n’ai qu’une seule envie, le relire, avec le regard nouveau de celle qui sait que cette fois il lui faudra être attentive à chaque mot.

En bref : Un « conte » brutal et sanglant d’une époque trouble de l’Histoire française, relaté avec une écriture qui ne manque pas d’humour subtil.

Enfin un livre validé pour pour le Rory Gilmore Reading Challenge, ça faisait longtemps!

Bonne lecture!

Xoxo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s