L’homme invisible

l-homme-invisible-82194Résumé : C’est en hiver que l’étranger s’est installé à l’auberge du village d’Iping. Ses bandages, qui lui enveloppent entièrement la tête, sauf le nez, lui donnent un aspect étrange, assez terrifiant, et les langues vont bon train.
On l’aurait peut-être laissé en paix s’il n’avait pas retardé le paiement de sa note et s’il n’y avait pas eu un vol mystérieux au presbytère. Mandat est donné de l’arrêter, mais comment se saisir d’un personnage qui disparaît à mesure qu’il se dépouille de ses vêtements?
Ainsi débute l’aventure du savant qui a découvert la formule de l’invisibilité, un des romans les plus célèbres de Herbert Georges Wells, et par son invention et son humour, un des chefs-d’oeuvre de la littérature fantastique.

Auteur : H.G. Wells

Mon avis :

Ce roman m’intriguait depuis un moment. De cette histoire pourtant bien connue, de ce personnage dont on a tous entendu parler, je ne savais pas grand chose, hormis le fait que son personnage principal était invisible, et qu’il n’avait pas la capacité de redevenir visible.

Je m’attendais donc à éprouver à un moment ou un autre de la peine pour cet homme, à compatir à sa situation, à être prête à excuser certains de ses égarements… Que j’avais tort! Le personnage dépeint ici, – qui se trouve n’avoir pas de nom, pas d’identité tangible pendant une bonne partie du roman, le rendant ainsi encore plus lointain, plus impersonnel,- est en fait totalement détestable du début à la fin. C’est une personne dont la nature même est d’un égoïsme tel que pas une seule pensée généreuse ou même vaguement sympathique ne peut lui venir.

Dans la première partie du récit, on ne sait rien de l’homme lui-même, de son passé, des circonstances qui l’ont mené là. On peut donc à loisir observer cet homme tel qu’il est devenu, juger de son caractère en toute objectivité. Et quel caractère détestable!

Dans la seconde partie du récit, non seulement son invisibilité est dévoilée, mais son identité aussi, et ainsi il finit par nous dévoiler toute son histoire. Il ne faut pas s’attendre à ressentir la moindre once de pitié ou de sympathie pour lui, c’est peine perdu.

Il est rare d’avoir un personnage principal si antipathique, dénué de charme et du moindre attrait. Tout ce qu’il provoque c’est du dégoût. Il m’a fait penser à M. Hyde, la version pervertie et foncièrement mauvaise de Dr Jekyll dans L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde de R.L. Stevenson que j’ai lu récemment.

Le ton du récit est dénue de sentiments. On s’en tient aux faits, le tout dégageant un ton d’ironie et un fond de moquerie constante.

En bref : Un récit d’un point de vue original!

Bonne lecture!

Xoxo

Publicités

Un commentaire sur « L’homme invisible »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s