La Reine des Quiches

51wvryz5-rl-_sx341_bo1204203200_Résumé : A quarante et un ans, Murielle collectionne les échecs, comme si une vilaine fée prenait un malin plaisir à la persécuter. Après autant de fausses couches que de manuscrits refusés, elle s’est résignée à ne donner vie qu’à des articles sur les vermifuges dans la rubrique animalière d’un journal télé. Jusqu’au jour où un éditeur l’appelle. Son dernier roman, Ceci est mon corps, l’a fasciné, il veut absolument le publier. Murielle n’en revient pas, son roman-confession sur sa propre stérilité va lui apporter la reconnaissance dont elle a toujours rêvé!
Mais ce succès littéraire pourrait aussi avoir des conséquences inattendues sur sa vie et son entourage…

Auteure : Sophie de Villenoisy

Edition : Denoël

Parution : 4/10/2018

Mon avis :

On va suivre ici le personnage de Murielle, à qui la vie ne sourit pas franchement. Le plus dur pour elle, ce sont toutes les fausses couches qu’elle fait malgré son désir d’être mère. Quand on la rencontre, c’est une personne triste, accablée, qui a perdu tout espoir et se contente de sa vie d’échecs. Honnêtement, ce n’est pas un personnage très intéressant, elle n’a pas la moindre ambition, pas le moindre désir autre que d’être mère, et surtout elle n’aspire qu’à une chose, passer inaperçue. Et plus ça marche, moins elle a confiance en elle. C’est une spirale infernale dans laquelle elle semble s’être laissé aller depuis son enfance.

Quand les choses changement pour elle, on s’attend à ce qu’elle se reprenne en main, que la reconnaissance de son manuscrit par une maison d’édition la tire enfin de la spirale. Mais non, ça empire en fait les choses. Murielle est une grand anxieuse et une encore plus grande émotive. Je dois bien dire que par moments, j’ai eu envie, comme son mari, de la secouer un peu. Ou de l’envoyer chez un psy pour l’aider à surmonter ce qui ressemble fort aux conséquences d’une longue dépressions.

J’ai donc eu du mal avec le personnage de Murielle pendant une bonne partie du livre. Mais enfin les secrets enfouis émergent, et tout prend un sens. Autant pour Murielle que pour nous. Certes je ne me suis pas mise à l’adorer, et son comportement n’a pas radicalement changé, mais c’est un peu mieux passé. 

A partir de là on réalise vraiment les effets du subconscient, des non-dits, de toutes ces interactions, bonnes ou mauvaises, que l’on a eu dans notre vie, et l’emprunte que chacun laisse en nous. On va plus loin dans la psychologie du personnage, on comprend mieux son mal-être, et surtout on la voit se redécouvrir.

Si j’avais deviné le twist final très tôt dans le livre, il y a d’autres révélations qui m’ont prise de court.

Au niveau de l’écriture, j’ai été dérangée par moments par l’alternance entre le passé et le présent au sein d’un même passage, mais dans l’ensemble ça se lit plutôt bien et facilement.

Quant aux sujets abordés, ce sont eux qui m’ont donné envie de lire le livre à la base. Personne ne parle de fausses couches, ou seulement à voix basse, comme une honte. Ce n’est pas normal, et c’est assez bien exprimé ici.

En bref : Une lecture sympathique sur des thèmes bien trop souvent tabous.

Bonne lecture!

Xoxo

Publicités

2 commentaires sur « La Reine des Quiches »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s