Les Tribulations d’une Princesse faërique

les-tribulations-d-une-princesse-faerique-1235186Résumé : Denaë Silentdawn est l’héritière du trône de Faëlinell, le Royaume des Faës. Forcée à un mariage politique, elle s’enfuit par un tertre avec sa dame de compagnie et meilleure amie, Séléniaë.
Près de 20 ans plus tard, Denaë est devenue une médium réputée qui officie lors des soirées de Ser Allister qui l’a prise sous son aile. A Londres, tous connaissent Lady Silentdawn et le beau monde se bouscule pour la rencontrer.
De loin, le cousin et enquêteur privé de Sa Majesté, August d’Este l’observe, fasciné par le mystère autour d’elle. Quand la Reine Victoria fait appel à lui à cause d’un fantôme hantant les serres royales de Kew Gardens, August s’y rend et subit une attaque de l’esprit. Il convient alors avec sa cousine de la nécessité de solliciter les compétences de Lady Silentdawn.

Autrice : Gaëlle Magnier (La Dramaturge)

Edition: Gloriana Edition

Genre : fantastique, steampunk

Mon avis :

C’est le deuxième roman de cette autrice que je lis. La Dramaturge se déroulait déjà dans un Londres Victorien. C’est une ville et une époque que j’affectionne particulièrement. Alors retrouver la belle plume de Gaëlle Magnier dans ce même contexte, mais en lui ajoutant des faës, c’était à coup sûr fait pour moi! Et il y a en plus un aspect steampunk ajouté à la ville qui donne une dimension supplémentaire à l’histoire et a ravi mon imagination! Juste parfait!

On va donc suivre le récit des aventures de la princesse Denaë qui ne veut pas de son rôle d’héritière, et encore moins d’un mariage forcé. On a donc une héroïne avec du caractère, une jeune femme qui sait ce qu’elle veut (ou du moins ce qu’elle ne veut pas) et ne s’en laisse pas imposer. Si pour cela elle doit aller vivre dans le monde Mortel qui la fascine depuis toujours, c’est du bonus pour elle. Certes ce n’est pas évident de se faire une place dans une ville d’un monde que l’on ne connaît pas. Mais cette jeune femme et sa meilleure amie sont pleines de ressources et font face à l’adversité. Elles ne se laissent pas abattre et trouvent le moyen non seulement de survivre, mais surtout de se faire une place au sein de la société londonienne.

L’histoire nous est racontée agrémentée des commentaires de Lord Allister, un homme qui a pris Denaë et Séléniaë sous son aile. Il a tout de l’oncle protecteur, taquin et affectueux qui se fait mener par le bout du nez par ses protégées! Et ses interventions tout au long de l’histoire n’ont pas manqué de me faire sourire et de me le rendre attachant.

La Reine Victoria aussi est attachante. Elle me rappelle celle de la série Victoria justement, surtout dans la première saison, lorsqu’elle est bien jeune et insouciante et pourtant déjà Reine, intelligente et autoritaire. Cette femme de pouvoir a toujours eu mon admiration (même s »il serait temps que je me renseigne un peu plus sur ses actions et leurs conséquences durant son règne), et j’ai adoré qu’elle soit un personnage de cette histoire.

victoriaitvintertitle

Quant à son cousin August, son petit côté maladroit et timide contraste avec son air sévère et droit lié à son poste, et ça le rend tout de suite plus abordable. Et tous les échanges et moments entre lui et Denaë me les ont fait adorer tous les deux. C’est juste parfait. Certes prévisible, mais justement, c’est une telle évidence dès le début que c’est encore mieux. Bref, je me suis régalée à les voir ensemble.

L’histoire se laisse dérouler à son rythme, le temps d’appréhender l’univers du roman, de faire connaissance avec les protagonistes et de voir les situations se nouer et se dénouer de manière très agréable qui nous porte tranquillement tout au long du livre. J’ai vraiment passé un moment agréable, sans prise de tête.

Et j’ai aussi admiré la mise en parallèle du système patriarcal (même avec une Reine à sa tête) de l’Angleterre et de celui, matriarcal, du monde Immortel et surtout des Faës. Le contraste met l’accent sur certains traitements qui ne devraient pas être normaux. Il y a une dénonciation qui est faite de manière subtile ici.

J’ai donc trouvé ici tout ce que je cherchais dans ce roman : une jolie romance toute naturelle, une histoire entraînante, dans un univers intéressant, et matière à réfléchir : un combo parfait pour moi!

En bref : Gaëlle Magnier a su m’embarquer dans son Londres Victorien agrémenté d’un côté steampunk et faërique qui font passer un excellent moment!

Bonne lecture!

Xoxo!

Publicités

5 commentaires sur « Les Tribulations d’une Princesse faërique »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s