Cyrano de Bergerac

cyrano-de-bergerac-596973Résumé : Toujours prêt à dégainer son épée, poète à l’imagination débordante, Cyrano de Bergerac ne manque pas de panache. Mais il est affligé d’un nez considérable et disgracieux. Épris de sa cousine Roxane, il n’ose lui avouer son amour car elle aime Christian, fier, intrépide et beau mais dénué d’esprit. Cyrano propose alors au jeune homme un étrange marché : Christian fera la cour à la belle, avec les mots de Cyrano. Mais un tel stratagème peut-il réussir ?

Auteur : Edmond de Rostand

Genre : théâtre

Edition : Hatier

Mon avis :

J’ai étudié certaines des scènes clés de cette pièce au collège et elle m’avait beaucoup marquée. Pourtant, étrangement, je n’avais jamais lu la pièce en entier. C’est seulement après l’avoir vue adaptée à Londres (et avoir été impressionnée par James McAvoy) que je me suis décidée.

J’ai été surprise de l’attachement que j’ai eu pour certains personnages, ainsi que de l’émotion provoquée.

Je me souvenais d’un Cyrano à la langue acérée, au bagou inimité, à l’attitude nonchalante. Mais je n’avais pas réalisé le revers de la médaille. Si Cyrano décide de se draper dans l’auto-dérision et l’humour en ce qui concerne son apparence, ce n’est que pour mieux masquer la douleur que lui inflige cette difformité.

On ne manque pas dans cette pièce de traiter du sujet de l’apparence physique, de la beauté, de son importance dans la société et en amour. Les sentiments et leur lien au superficiel sont largement exploités dans cette romance.

On est ici dans un triangle amoureux original puisqu’il est amené par un accord entre deux des trois personnes concernées. Si ses limites sont claires au départ, comme un contrat passé entre Christian et Cyrano, chacun prêtant à l’autre ce qui lui manque, il évolue rapidement.

L’amitié qui se crée entre les deux hommes m’a touchée. Elle m’a aussi surprise, c’était un aspect auquel je ne m’étais pas attendue. D’abord alliés, leur but commun est le bonheur de celle qu’ils aiment, ils développent une réelle affection, et surtout un vrai respect l’un pour l’autre. La scène de guerre n’en a été que plus dure.

Je ne m’étais pas préparée non plus à apprécier Christian que j’avais catalogué comme beau gosse superficiel. Un préjugé que la pièce a vite fait de corriger. Christian a en effet conscience de ses atouts, mais aussi de ses faiblesses, et il en vient à déplorer les deux. Il voudrait avoir de l’esprit, être plus vif. il aime Roxanne telle qu’elle est et l’admire. Tout ce qu’il veut c’est être aimé en retour. Mais être aimé pour ce qu’il est. Il essaye de cultiver son esprit mais n’est jamais à la hauteur des exigences de Roxanne. C’est ce qui finit par le briser. Il réalise petit à petit qu’il n’est pas et ne pourra jamais être celui qu’elle attend de lui.

Cyrano quant à lui sait qu’elle ne peut l’aimer, à cause de sa laideur. Il réalise qu’elle ne voit pas au-delà et qui si elle admire son intelligence, à aucun moment elle ne le voit comme un homme, un prétendant. Il est un ami, et relégué d’emblée à cette catégorie parce qu’il n’est pas beau. On entend le cœur de Cyrano se briser à plus d’une reprise. L’ardeur de son amour est à la hauteur de la douleur que celui-ci lui cause.

Ainsi l’amitié entre les deux hommes, qui se complètent tant, et leurs douleurs, similaires et causées par la même superficialité de l’Homme, m’ont touchée. Roxanne quant à elle est un personnage que je n’ai pas apprécié. Sa propre beauté lui octroie le droit d’exiger la beauté et l’intelligence du sexe opposé, et ce même si elle doit blesser deux hommes au passage. J’ai particulièrement été déçue de la manière dont elle traite Cyrano. Pourtant, cela reste son droit, d’être exigeante, de vouloir plus, je la comprends un peu, mais je la trouve aussi assez insensible et aveugle à la douleur des autres.

Les joutes verbales sont exceptionnelles, les jeux de mots excellents, je me suis régalée. Avoir autant de dialogues ou de monologues avec une telle verve est vraiment plaisant et m’a beaucoup amusée.

En bref : Les deux personnages masculins, le traitement du sujet de la beauté et la plume acérée en font une de mes pièces préférées.

Bonne lecture!

Xoxo!

2 commentaires sur « Cyrano de Bergerac »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s