Le vieil homme et la mer

le-vieil-homme-et-la-mer-123972

Résumé : Tu veux ma mort, poisson, pensa le vieux. C’est ton droit. Camarade, j’ai jamais rien vu de plus grand, ni de plus noble, ni de plus calme, ni de plus beau que toi. Allez, vas-y, tue-moi. Ça m’est égal lequel de nous deux tue l’autre.
Qu’est-ce que je raconte? pensa-t-il. Voilà que je déraille. Faut garder la tête froide. Garde la tête froide et endure ton mal comme un homme. Ou comme un poisson.

Auteur : Ernest Hemingway

Mon avis :

J’ai lu ce livre installée sur une balançoire au bord d’un ruisseau, entourée de sommets montagneux enneigés. J’étais en weekend loin de la ville avec un besoin urgent de ralentir. Ce livre a été parfait pour ça.

On y suit un vieil homme, un pêcheur aguerri sur ses vieux jours. Un jour, il prend la mer et tentant de briser une série de mauvais jours sans résultat, prenant en chasse une proie, il se retrouve en proie aux éléments de la nature.

Avant son départ du port, on rencontre aussi un garçon qui lui semble très attaché. Ça rend le pêcheur attachant au lecteur, bien qu’on en sache bien peu sur lui, si ce n’est sa routine et ses conditions de vie bien pauvres.

Une fois en mer, on suit les digressions de l’esprit de l’homme face à la nature, à la mer et aux requins. Je me suis fait la réflexion au cours de ma lecture, que je n’avais pas la moindre idée de la direction que prenait le récit, quel était son but et où l’on essayait de nous amener, ou même tout simplement, de quoi parlait vraiment le livre. Il n’y a pas une intrigue folle. On est vraiment dans du contemplatif et de l’interrogatif.

Le vieil homme est seul face à la mer, avec lui-même et ses pensées cheminent librement. Ses connaissances se mêlent à son imagination de l’instant. Son instinct de survie chemine avec la lassitude. Et nous on suit tout simplement ses pensées qui s’envolent vers le ciel ou sombrent au fond de la mer.

J’ai vraiment pris plaisir à juste lire, me laisser emporter, j’ai cessé de penser pour me plonger entièrement dans les pensées du pêcheur. J’ai fini ma lecture un peu engourdie, ce qui est un vrai plaisir, ce livre m’a aidée à lâcher prise sur mon quotidien et mes pensées envahissantes le temps d’une virée en mer. Et mon inconscient a discrètement travaillé lui aussi pendant ce temps-là, établissant des parallèles entre les déconvenues, le cumul de malchance du pêcheur et la vie en général avec ses marées hautes et ses marées basses, ses moments difficiles, sa beauté et son danger. Sans vraiment m’en rendre compte, ce livre m’a aussi fait réfléchir.

En bref : cette lecture fut un moment d’évasion contemplative agréable.

Bonne lecture!

Xoxo!

Un commentaire sur « Le vieil homme et la mer »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s