Le Roi Lear

le-roi-lear-1306500Résumé : « Hurlez, hurlez, hurlez, hurlez!… »
Honte et malédiction sur le Royaume de Grande-Bretagne! Folie, trahison, mensonge, cupidité, orgueil démesuré! Tous les vices y grouillent comme autant de rats affamés. Tous les crimes s’y préparent…
Lear a voulu savoir! Ô! Lear, ta sagesse n’a pas enflé au nombre des années… Hélas! Vanité stupide, insolence coupable, curiosité funeste… Tu as voulu savoir et provoquer les dieux.
La fille féroce enfonce ses crocs de hyène dans la chair sacrée; l’autre se prépare à la curée; le fils, contre son frère, trame la ruine du père, la sœur contre la sœur, l’épouse contre l’époux. La bouche déchire la main qui l’a nourrie, dépèce le flanc qui l’a portée, vomit l’amour qui l’a élevée. Ô, Lear, seigneur infortuné, tu sauras donc de tes filles, laquelle t’aimait le mieux…

Auteur : William Shakespeare (Songe d’une nuit d’été)

Traduction : François-Victor Hugo

Edition : Librio

Genre : théâtre, tragédie

Mon avis :

Quitte à passer pour une inculte, je le dis quand même : avant il y a à peine quelques semaines, je n’avais jamais entendu parler de cette tragédie de Shakespeare. C’est par hasard que j’en ai entendu une citation (par Tom Hiddleston dans un panel) puis que je l’ai vu sur les étagères de ma sœur à qui je l’ai emprunté.

La première chose que je peux dire de cette lecture c’est que c’était exceptionnel! Je sais que je ne vais pas pouvoir exprimer correctement ce que je voudrais dire sur cette pièce, et que même ce que je vas en dire n’est rien comparé à tout ce qu’il y aurait à dire. Je pense qu’il me faudra plusieurs relectures avant de vraiment saisir tout le sens de la pièce. J’ai eu l’impression de manquer certains éléments, certains sous-entendus ou double-sens.

Dans cette tragédie, le Roi, avant de prendre sa retraite, demande à ses filles de lui prouver leur amour, avec des mots. Les deux sœurs aînés s’y plient mais la plus jeune refuse, préférant laisses ses actes parler. Cela met le roi en rage et il la bannit. Dès le début de la pièce on a déjà tellement de notions passionnantes. On parle là de vanité, de désir de s’entendre vanter. On parle aussi du poids des mots et de celui des actes. On parle de sincérité.

La manipulation, les mensonges, les tromperies apparaissent dès cette scène. On y voit aussi les prémices de la folie du roi qui dans sa rage et son ego blessé bannit les deux seules personnes qui lui soient sincèrement fidèles.

Les scènes s’enchaînent et les deux sœurs, leurs cœurs corrompus par le pouvoir auquel elles ont pris goût ont totalement changé d’attitude face à leur père. Les intrigues, alliances et mésalliance, la manipulation, les déguisements et les mensonges prennent toute leur ampleur au fil des scènes. Tous les vices, la jalousie, l’envie, etc prennent forme dans chacun des personnages. Chacun affronte les autres, mais seul la bataille contre le roi est une attaque ouverte.

Celui-ci, accompagné de son fou, sombre das la folie. Il y a des échanges entre le fou et le roi que j’ai trouvés tellement intéressants et pertinents, des questionnements sur le sens de la sagesse mais aussi celui de la folie, leurs définitions, leur source et j’en passe. Le Fou du Roi est le personnage que j’ai trouvé le plus intéressant. Il est aussi le seul qui à aucun moment ne se laisse abuser par les apparences. Il est probablement aussi l’unique personne qui s’autorise à parler clairement au Roi. Il n’a nul besoin de déguisement, autre que d’être le Fou du roi quand il est le seul à n’être pas fou. La pièce traite principalement de cette folie, de ses différentes formes selon la cause de celle-ci.

Tout semble avoir un double sens, un sens plus profond que ce que la première lecture laisse penser. On sent vraiment la profondeur du sens des échanges. On ressent aussi la tempête qui éclate comme une métaphore de celle dans le cœur des humains.

Cette tragédie m’a vraiment bouleversée. J’ai encore une fois redécouvert le talent extraordinaire de Shakespeare. Je n’ai qu’une envie : voir cette pièce interprétée sur scène pour en découvrir encore plus.

En bref : Une lecture puissante où chaque dialogue semble posséder plusieurs couches de sens.

Bonne lecture!

Xoxo!

Un commentaire sur « Le Roi Lear »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s