The Song of Achilles

Résumé : Greece in the age of heroes. Patroclus, an awkward young prince, has been exiled to the court of King Peleus and his perfect son Achilles. Despite their differences, the boys develop a tender friendship, a bond which blossoms into something deeper as they grow into young men.
But when Helen of Sparta is kidnapped, Achilles is dispatched to distant Troy to fulfil his destiny. Torn between love and fear for his friend, Patroclus follows, little knowing that the years that follow will test everything they hold dear.

Autrice : Madeline Miller

Edition : Bloomsbury

Genre : mythologie grecque

Mon avis :

Ce roman m’a emportée. Il m’a touchée et m’a émue.

Achilles nous est conté à travers les yeux de Patrocle. On découvre tout d’abord ce jeune prince mal dans sa peau, conscient d’être une déception constate pour son père, et de ne pas être à la hauteur des garçons de son âge. Lorsqu’il rencontre Achilles, le contraste est frappant. Ce dernier est plein d’une assurance tranquille, née du fait qu’il n’a jamais été contrarié, il n’a jamais eu l’occasion de douter de lui-même.

Leur amitié transforme Patrocle. On le voit petit à petit prendre confiance en lui, s’accepter un peu mieux. Et à travers ses yeux, on observe Achilles, qui lui reste fidèle à lui-même. Il est naïf et bon. Il réfléchit de manière assez simple et ne remet pas grand chose en question.

Puis ils s’en vont en guerre. Et Achilles change radicalement. Son ego prend le dessus. Cela reflète encore une fois pour moi la simplicité de son caractère. Et toutes les erreurs qu’il commettra à partir de là seront liées à sa naïveté. Patrocle, qui s’épanouit à ses côtés et dans le camp, le nuance. Il lui remet les pieds sur terre, lui apporte la profondeur dont il a besoin, sans lui en faire porter le poids.

J’ai aimé leur relation, ce qu’ils s’apportent l’un à l’autre, l’équilibre fragile sur lequel ils s’aiment pendant tout ce temps. La sincérité, la simplicité, la force de leur amour m’a vraiment émue. Et avec cette épée de Damoclès suspendue au dessus de leur tête par la prophétie, j’ai souffert pour eux. Et j’ai compris leurs choix, ces choix qui ont prolongé une guerre de dix ans. Ces sacrifices par amour.

L’autrice a réussi à me faire continuer d’espérer jusqu’au bout que la prophétie serait déjouée. Je connais pourtant la mythologie, je sais bien comment ça se finit, mais j’ai quand même gardé espoir.

Elle a aussi réussi à me faire changer de préférence parmi les personnages. Si au début j’avais envie de secouer Patrocle que je n’appréciais pas alors que j’adorais Achille et candeur, j’ai fini par en venir à adorer Patrocle et vouloir secouer Achille.

Le tout est porté par un écriture absolument magnifique. C’est poétique, c’est lyrique, c’est imagé. J’ai eu l’impression par moments que l’autrice faisait apparaître des tableaux sous mes yeux, représentant les émotions des personnage. L’écriture étant si belle, j’en ai d’autant plus pleurer chaque fois que je me rappelais le destin qui attendait Patrocle et Achille.

En bref : coup de cœur pour cette écriture poétique et imagée et cette belle histoire d’amour.

Bonne lecture!

Xoxo!

2 commentaires sur « The Song of Achilles »

  1. J’ai beaucoup aimé Circé que j’avais trouvé poignant. Je suis moins attiré par Achilles mais je me dis que le style de l’auteur pourrait faire pencher la balance. J’ai un peu peur, en fait, du changement de caractère d’Achilles. J’ai peur de le trouver insupportable et que cela gâche la lecture.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s