A line a day – Horizon

Hello Fairies!

L’exercice de la semaine consistait à sélectionner les mots qui nous inspiraient dans un poème, et d’écrire un texte sous le format de son choix, en fonction de ce que les mots sélectionnés nous inspiraient, sans être obligés de tous les utiliser.

Les mots que j’ai choisis étaient :
couronné, deuil, regard, lumière, expire, sourire, espoir, douce, pure, bonheur, âme, feuillage, douleur, solitaire, obscurité, horizon, envie, larme, vie, perdu

A l’aube d’un renouveau, je contemple l’horizon de ma vie. J’attends, fébrile, que le soleil couronne enfin mes matins de ses rayons d’or chaleureux. Mon cœur épuisé s’accroche vaillamment à l’espoir de voir apparaître un halo de lumière qui percerait l’obscurité de sa solitude. Mon regard, empli de la douleur du deuil, scrute en moi l’instant suspendu à la larme sur mes cils. C’est à moi que je dis adieu aujourd’hui, sans parvenir à me quitter pourtant.
Mon âme perdue trouve enfin sa voie. J’entends enfin ma voix. Douce et pure, elle me voit comme un oisillon fragile, blessé, esseulé. Elle murmure pour ne pas m’effrayer. Je l’ai si souvent tue qu’elle a peur que je la tue, voix faible, à un soupir d’expirer. Mais aujourd’hui je ne la souffle pas, cette flamme oscillant en moi. Aujourd’hui, enfin, je choisis le bonheur.
Un sourire se mêle à mes larmes.
J’inspire.
Les yeux fermés, je me laisse guider. Le chemin sera long, laborieux et solitaire. Il fait encore nuit en moi, j’ai peur. Mais ma voix est là et me fait sentir que l’aube est proche. Je ne distingue pas encore la lumière, je ne frissonne pas encore sous ses doigts chauds. Dans une pensée glaçante, la nuit se fait plus sombre et les températures chutent. C’est la magie des derniers instants avant l’aurore, la dernière épreuve, lorsque la rosée se dépose sur les feuillages endormis et que le silence se fait plus profond.
Alors les mots à peine murmurés se chargent d’un poids puissant.
C’est le moment de vérité. Encore un effort. Le temps d’un battement de cœur, d’un bruissement d’ailes, d’un souffle que l’on retient. Le temps d’un écho. Le temps d’un choix.
Celui de l’espoir.
J’expire. J’ouvre les yeux. Le soleil est là et déjà il caresse mon cœur, l’enveloppe d’une couverture chaleureuse. Mon horizon se dessine, loin devant. Il est lumineux et infini.
Tout a basculé, le temps d’une respiration.
Je n’étais plus rien, meurtrie, blessée, morte en dedans. Vide. Du vide qui appelle l’obscurité. Mais le vide appelle aussi la lumière. J’ai plongé profondément dans cette essence noire.
Il a suffit d’une étincelle pour la percer. Aujourd’hui je me remplis de lumière.

Voilà pour cette fois! N’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de ce que j’ai écrit, des exercices.

Bonne lecture et bonne écriture!

Xoxo!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s