A line a day – Lac miroir

Hello Fairies!

Le thème de l’atelier d’hier, c’était « un personnage se retrouve dans un lieu où il a toujours rêvé d’être et la nuit s’apprête à tomber ».

Dix ans. C’était le temps qui s’était écoulé depuis la première fois qu’elle s’était intéressé à ce pays. Alors étudiante, explorant les options d’échanges universitaires proposées par la fac, elle avait admiré, rêveuse, des dizaines de villes à travers le monde où ses études lui permettaient de passer plusieurs mois de sa vie. En feuilletant les brochures, elle avait eu des étoiles dans les yeux. Toutes ces destinations étaient autant d’expériences uniques et elle s’imaginait, le temps d’un format A4 plié en trois, dans chacune de ces vies. Mais ce fut lorsqu’elle était tombée sur les images de la Nouvelle-Zélande que la magie avait opéré. elle avait senti un vertigineux appel vers ce pays, cette île à l’autre bout du monde. Le sentiment était si fort qu’elle avait l’impression qu’un crochet s’était logé dans ses entrailles, l’attirant irrémédiablement mais avec douceur vers l’Océanie.

Elle n’avait jamais vraiment eu envie de vivre ailleurs avant cela. Elle aimait voyager, mais elle associait l’idée à des séjours courts, aux vacances. L’université et son offre d’Erasmus avaient ouvert une porte dans son esprit. Et derrière cette porte, un autre monde, d’autres cultures, des modes de vie différents. Et l’envie de tout voir, de tout apprendre en sachant qu’elle continuerait d’être ignorante face à l’immensité des connaissances et des points de vue.

Son esprit avait été au bord du précipice. L’image du lac Matheson l’avait fait basculer. C’était là qu’elle irait. Là-bas qu’elle avait besoin d’être. Tout en elle lui hurlait cette vérité. C’était sa destination. Peut-être une étape, peut-être l’arrivée. Ce détail était sans importance. Tout ce qu’elle savait, c’était qu’elle devait y aller et que son université lui en offrait l’opportunité.

Mais la vie en décida autrement, et face à l’adversité, elle fut forcée de renoncer à son projet, avec l’impression de s’amputer. A peine née, l’idée se faisait enterrer. Elle laissait en son sein un crochet à la corde déchirée et un vide immense que rien ne semblait combler.

Le temps passa, les années écoulées émoussaient les bords de la plaie tranchante. Chaque voyage ravivait la flamme quelques instants, mais celle-ci se retrouvait étouffée au retour à la réalité.

Jusqu’au jour où… Jusqu’au jour où la réalité l’étouffa elle, prête à l’engloutir entièrement, la faisant disparaître derrière un masque figé. Asphyxiée, elle s’était débattu. Griffant, mordant, ruant, pour reprendre son souffle, pour trouver de l’air. Juste avant l’inconscience, elle avait eu un sursaut. Celui qui lui changerait sa vie. Elle avait effleuré le crochet, se souvenant douloureusement de son existence. elle s’accrocha à cette douleur, en fit son ancre.

Se rappelant enfin qui elle était derrière le masque et comment respirer, elle s’était envolée.

Elle était désormais face au lac Miroir, plus beau encore que sur la brochure de la fac, grâce aux teintes du coucher du soleil. elle était arrivée alors que l’astre était encore haut dans le ciel et l’avait regardé à travers le miroir, descendre et teinter l’atmosphère de couleurs surnaturelles.

Il allait bientôt faire nuit. Les étoiles apparaîtraient à la surface de l’eau et la lune éclairerait le sommet des montagnes. Et elle resterait à les observer longtemps, indifférente au froid.

Elle était sereine. Des larmes douces coulaient sur ses joues et un sourire dessinait la joie sur ses lèvres.

Elle respirait enfin. elle avait retrouvé son souffle. Elle avait brisé le masque; elle s’était retrouvée elle-même. Dix ans après, elle comprit que le lac n’était ni l’arrivée ni une étape. Il était le point où le cercle se refermai, là où son voyage commençait à nouveau, là où elle renaissait.

Voilà pour cette fois!

Bonne lecture et bonne écriture!

Xoxo!

Un commentaire sur « A line a day – Lac miroir »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s