Le Souffle de Midas #PLIB2018

Les Chroniques Homérides tome 1

wp-1521126078858..jpgRésumé : Entre tes mains, fille d’Homère, brûle encore le pouvoir des Dieux.
Le jour où une inconnue rend son dernier souffle dans mes bras, je sais que ma vie paisible d’étudiante ne sera plus jamais la même. Au lendemain du drame dont j’ai été le seul témoin, aucune trace du crime n’a été retrouvée, tant et si bien que tout le monde me pense folle, moi la première. Seul un homme me croit, Angus Fitzgerald, détective à la recherche d’une personne qui ressemble trait pour trait à la femme morte sous mes yeux.
Alors que ce mystère reste sans réponse, les objets que je touche se transforment en or. Et que le bel Angus me narre le mythe antique de Midas, ce roi grec qui changeait tout en or, je comprends qu’il en sait bien plus sur ce qui m’arrive. Et aussi sur les dangers qui me menacent. Pour moi, le plus imminent est juste là, dans mes mains. Parce que si pour le détective, je suis bénie des Dieux, je ne vois en ce pouvoir qu’une malédiction…

Auteure : Alison Germain

Mon avis :

J’ai lu ce livre dans le cadre du PLIB2018. Avant cela, je l’avais repéré parce que je suivais il y a quelques temps, la booktubeuse Lili bouquine, j’avais donc un peu vu l’avancée de l’écriture du roman. Le fait qu’il traite de la mythologie grecque, notamment du roi Midas, dont je n’ai pas lu ou vu beaucoup d’adaptations ou d’inspirations, avait attisé ma curiosité. Et jusque récemment les critiques étaient toutes positives. Mais quelques jours à peine avant ma lecture, j’en ai vent d’avis plus mitigés. Je me suis donc lancée dans ma lecture sans en attendre trop, j’en avais des attentes raisonnables.

Malheureusement, même ces attentes-là ont été déçues. Si le thème principal reste original, il n’est dans ce premier tome qu’à peine abordé. On reste en surface de la mythologie qui n’est pas encore au cœur du roman. On sent que cela pourrait évoluer dans les tomes suivants, mais vu que je n’ai aucune intention de les lire, je ne le saurai jamais. Toutefois, le mythe de Midas reste très intéressant ici, et le voir traité et approfondi donne une bonne base au livre.

Mai ça ne suffit pas. Je n’ai pas aimé le personnage principal. Louise a une personnalité qui m’a déplu dès la première page. Elle est de ces personnes qui travaille dans un magasin qui vend des bijoux et des gemmes, donc elle a choisi un travail dans lequel elle est en contact avec des gens ayant une croyance bien particulière (le pouvoir des pierres, la lithothérapie etc) et… à se moquer de ces gens-là. Personnellement j’appelle ça de l’intolérance. Bref, elle m’a agacée dès les premières pages et son caractère passif n’a rien fait pour arranger les choses.

De plus, la « romance » entre elle et Angus s’est pointée là comme un cheveu sur la soupe. Ça n’a pas de sens, pas d’évolution normale, pas d’intérêt (à savoir : je suis très difficile pour apprécier les romances dans un récit)

Et finalement, le plus gros problème pour moi, dont découlent en fait les autres, parce qu’il m’a mise à vif dans ma lecture, et a fait disparaître toute possibilité de laisser-couler : les fautes d’orthographe et l’écriture. Le livre est bourré de fautes d’orthographe, grammaire, conjugaison, de tournures bancales, comme s’il n’avait pas été relu. C’est une torture à lire. Et pour ce qui est de l’écriture, il y a un étrange mélange de style, du soutenu entrecoupé d’expressions typiquement orales, mélangé à du langage courant. C’est un gros méli-mélo qui est franchement perturbant. Il n’y a aucune fluidité.

J’ai eu vraiment beaucoup de mal avec ce livre. Je me suis pourtant forcée à le finir puisqu’il fait partie des finalistes du plib2018, mais arriver à la dernière page fut un soulagement… Peut-être aurais-je eu un avis moins sévère s’il y avait eu moins de fautes, mais c’est le genre de choses qui me bloquent complètement, m’empêchent de comprendre correctement puisqu’il faut que mon cerveau corrige au fur et à mesure, et que je me retrouve à questionner chaque mot, chaque phrase, en me demandant si ce n’est pas une erreur. J’en ai eu une bonne migraine… J’ai lu ce livre en lecture commune avec Célia, qui sans être aussi vindicative que moi, a globalement partagé mon avis.

En bref : Une bonne grosse déception…

Bonne lecture!

Xoxo

Publicités

12 commentaires sur « Le Souffle de Midas #PLIB2018 »

  1. Ce livre ne m’attirait déjà pas beaucoup mais, comme je vois de plus en plus de retours mitigés voire négatifs, ça me tente encore moins ! Tu as bien du courage d’avoir terminé un bouquin que tu n’as pas aimé.

    J'aime

    1. Désolée si je t’ai dissuadée! 😅
      J’ai beaucoup de mal à ne pas finir un livre, ça me donne l’impression de ne pas lui avoir donné toutes ses chances. Et comme celui-ci était à lire pour le plib, il fallait vraiment que je sois sûre de mon avis…

      J'aime

      1. Oh, ne t’inquiète pas, je pense que j’étais déjà dissuadée d’avance ^^’
        C’est vrai que, lorsque l’on attend ton avis parce que c’est pour un prix, ce doit être plus difficile de laisser tomber la lecture.

        Aimé par 1 personne

      2. Oui pour le coup je ne le lis pas juste pour moi, il y a un enjeu derrière. Même si bien sûr le règlement nous autorise à abandonner un livre s’il ne nous plaît vraiment pas, tant qu’on peut justifier pourquoi on l’a abandonné. Mais j’ai préféré me forcer et aller jusqu’au bout pour vraiment être sûre de mes arguments (et j’avoue pour essayer vainement de trouver quelque chose qui aurait rattrapé les dégâts…)

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s